Les 3 façons de se lubrifier (les fesses) en toute sécurité

Certains pourraient se demander (fort justement peut-être) l’intérêt d’un article sur la « lubrification sécuritaire ». Que l’on soit fille ou garçon, adepte du plaisir vaginal ou anal (les deux pour les chanceux), l’unique chose que l’on attend de son lubrifiant, c’est que cela glisse ! Bon oui pas trop quand même pour éviter les dérapages, mais ce qui est sûr, c’est que l’on ne se pose pas trop de questions sur ce que l’on s’étale dans son trou de balle. Quel drame…

 

 

La lubrification est pourtant un art délicat qu’il ne faut pas prendre à la légère. Derrière ce terme, on renvoie à un processus, parfois long, qui amène votre partenaire et vous-même à vous lubrifier de façon naturelle par les sécrétions de vos parties génitales. Une lubrification que vous construisez par une excitation suscitée pendant les préliminaires. Seulement parfois, ces sécrétions internes ne sont pas suffisantes pour arpenter, en toute quiétude, les endroits sinueux (voir marécageux) de votre partenaire. Un apport extérieur est alors nécessaire.

 

C’est à ce moment-là que j’interviens. Car dans la lubrification comme dans la cuisine, il est essentiel de bien choisir ses ingrédients pour savourer par la suite des moments délicieux. Des ingrédients sains exempts de produits toxiques, qui ne viendront pas polluer vos parties génitales, les rendant alors impropres à la consommation.

 

Restons sur le vocabulaire culinaire pour aborder les deux premières méthodes de la « lubrification sécuritaire ».

 

La salivation

 

 

Lorsque l’on souhaite préparer un bon repas, avant de s’amuser avec les aliments, de les faire frire ou de les faire sauter, il convient, avant tout, de donner à l’autre l’envie de partager ce délicieux moment. Il faut vendre du rêve, faire saliver. Cette méthode, entièrement naturelle, si elle est appliquée au bon moment et en quantité raisonnable, peut être un bon lubrificateur. Vous pouvez pousser encore plus loin la sécurité de la lubrification en veillant au ph de votre salive. En effet, un régime alimentaire permettant  un bon équilibre acido-basique, vous assure une salive au ph neutre qui fera la joie des fesses de votre partenaire (Tout savoir sur l’équilibre acido-basique). 

 

Le graissage

 

Cependant au fil de la relation, plus besoin de valoriser vos qualités de cuisinier hors pair. Avant d’entamer un bon repas, sauter la salivation pour aborder cette partie délicate de la cuisine, cette étape qui fera que vos ingrédients ne colleront pas à la poêle : le graissage. Attention, la matière grasse a la fâcheuse tendance de rendre poreux les préservatifs. Cette technique ne peut s’appliquer qu’avec des rapports sans préservatif et donc avec une personne de confiance. En termes de graissage, vous avez le choix. Evitez les matières grasses animales qui peuvent contenir toutes les substances toxiques que la pauvre bête a ingurgitées tout au long de sa trop courte existence. Il vous faudra donc utiliser exclusivement une huile végétale. Je vous conseille l’huile d’olive pour son parfum fruité ou l’huile d’argan très riche en acide gras essentiels oméga-6 et en tocophérols (vitamine E) qui préviendra le desséchement de vos muqueuses. Attention, pour éviter l’agression des pesticides sur vos muqueuses (et leurs risques multiples pour la santé), seules les huiles certifiées bio doivent être utilisées (huile d’argan bio).

 

Certains pourraient se dire que tout ceci est un peu tiré par les cheveux, et que l’on reste dans le domaine de l’anecdotique. Je ne m’aventurerai pas dans ce débat, mais pour ceux qui souhaitent rester dans une approche classique de la lubrification, sortons alors du registre culinaire pour passer à la dernière façon de se lubrifier les fesses en toute sécurité.

 

Le lubrifiant écologique

 

Nous connaissons tous les lubrifiants Durex avec leur forme phallique qui peuvent être utilisés comme  des sextoys (ce que je ne vous conseille pas). Malheureusement pour vos petites muqueuses fragiles, certains peuvent contenir dans leur formulation des parabènes qui entrainent une baisse de la fertilité masculine et une augmentation des cancers hormonaux dépendants. Bref, que du bon … 

 

Mais peu de personnes savent ce que peut vraiment contenir un lubrifiant classique. Opacité sur la formulation, étiquette peu claire et informations partielles…. On étale alors, pour que cela glisse, un produit dont on ne connait pas les dangers pour soi et son partenaire. Est-ce normal ?

Absolument pas ! Alors si vous aussi, vous souhaitez pouvoir pratiquer un sport de glisse sans risques et garder un « cul » propre, exempt de produits dangereux, en toutes circonstances, je vous invite fortement à signer cette pétition : http://www.generationscobayes.org/lubrifiants-pour-que-ca-glisse-en-toute-transparence.

 

En attendant, certains lubrifiants de la gamme Durex sont sans parabènes, il suffit de lire sur le devant du produit la mention «  sans parabènes ». D’autres marques vendent des lubrifiants sans parabènes, vous pouvez les retrouver sur Eco-sapiens, Greenweez

 

A vous de jouer, glissez sur toutes les pistes et faites vous plaisir sans vous faire du mal.

 

Pour aller plus loin : Les-7-commandements-de-l'eco-orgasme

 

Sexuellement votre,

 

Timothée Elkihel de Générations Cobayes

 

Illustrations : J. Viersou