Caca panpan les pesticides !

Oui je sais. Ça manque un peu d’argumentation, mais rassurez-vous, je ne vais pas vous laisser la bouche béante de questionnements devant ce titre si hargneusement accusateur. Neu neu non, un tel sujet mérite quelques explications. Et ça tombe bien parce que j’ai justement envie de vous conter cette histoire. Père castor, raconte nous une histoi… Hum.

 

Tout commence après la guerre, la famine fait rage mais la population ne cesse d’augmenter. On cherche alors des moyens d’accroitre les rendements agricoles rapidement, c’est alors que nait l’agriculture intensive et ses petits copinous : les pesticides chimiques !

 

Tête de mort

 

 

Mais c’est quoi un pesticide au juste ? Nan parce que j’en vois qui font les malins là, mais qui sait exactement ce que cela implique ?

 

Bon, on se détend : comme j’ai le cœur sur la main je vous ai trouvé une petite définition toute prête, juste sortie du four ! Si si ! C’est pour toi, c’est cadeau !

 

Les pesticides, ce sont des préparations destinées à prévenir, contrôler ou éliminer des organismes jugés comme nuisibles[1]. Ils regroupent notamment les herbicides (qui tuent les mauvaises herbes), les fongicides (qui tuent les champignons) ou encore les insecticides (qui tuent… je vous le donne en mille : les insectes !)[2].

 

Les pesticides ont toujours existé sous forme naturelle mais nous ne traiterons ici que du pesticide chimique, parce que c’est lui qui pose problème. Ah vous ne me croyez pas ? Lisez la suite, ça va vous plaire !

 

Déjà, une première question : tu es français ? Bingo ! Sache que, la France étant le premier pays utilisateur de pesticides en Europe et le quatrième au niveau mondial[3], nous français, avons, ô joie, un taux de pesticides dans le corps plus élevé que la moyenne[4]. Tu es content, n’est-ce pas !

 

D’après une étude[5] du Parlement Européen, le lien entre l’exposition aux pesticides et le cancer est une évidence. L’étude souligne d’ailleurs qu’en interdisant les pesticides cancérigènes du marché européen, on supprimerait 26 000 cas de cancers, soit une économie de 26 milliards d'euros par an. Rappelons au passage qu’en 2012, plus de 14 millions de nouveaux cas de cancers ont été recensés dans le monde, contre 12,7 millions en 2008[6] ; de même qu’une étude[7] prévoit une augmentation du nombre de cancers de plus de 75% d’ici 2030. Je dis ça, je dis rien.

 

Le Roundup, pesticide le plus utilisé au monde, est un cancérigène avéré[8] dont on retrouve des traces tout au long de la chaîne alimentaire[9]

 

Glyphosate

 

 

Les expositions aux pesticides ont été particulièrement mises en cause dans certains types de cancers comme les tumeurs cérébrales et les hémopathies malignes[10]. Une autre étude[11] pointe plus particulièrement le risque de mélanges auxquels les consommateurs sont exposés au quotidien. En effet, les pesticides sont présents dans l’air, l’eau, le sol et dans les aliments[12], bref, partout ; bonjour l’effet cocktail !

 

Les agriculteurs qui utilisent ces pesticides sont les premiers impactés [13]. Maladie de Parkinson, cancer de la prostate, cancers hématopoïétiques (lymphome non Hodgkinien, myélomes multiples)… sont autant de pathologies directement liées à l’exposition aux produits phytosanitaires[14]. Pour ce qui est des expositions professionnelles en période prénatale on recense une augmentation significative du risque de fausses couches, de malformations congénitales, de leucémie et de tumeurs cérébrales ainsi qu’une atteinte de la motricité fine, de l’acuité visuelle et de la mémoire récente de l’enfant. [15] 

 

Agriculteur pesticides

 

 

Hors du cadre professionnel (voisinage ou usage domestique), on retrouve des pathologies similaires à l’exposition aux pesticides en période prénatale. De même, il a récemment été suggéré un lien entre pesticides et autisme dans une étude américaine[16] : notons qu’aux Etats-Unis, 1 enfant sur 68 est autiste en 2013, soit une augmentation de 30% par rapport à 2012[17]. Une autre étude[18] a par ailleurs démontré le lien entre l’exposition à certains pesticides et une baisse de la fertilité masculine. Dois-je par ailleurs rappeler le scandale de cette école de Gironde, où des enfants et une enseignante ont été pris de malaises, après l'épandage de pesticides sur les terres voisines ?

 

Alors franchement… jusqu’où faut il encore aller pour comprendre qu’on va droit dans le mur ? Mais ne t’en va pas, car non, ce n’est pas tout !

 

Dans l’histoire, nous, petits habitants de cette planète ô combien merveilleuse que nous appelons la Terre, ne sommes pas les seuls à être en danger. Eh non les amis ! Mais alors QUI, me direz vous, est mis à mal par ces produits chimiques ?! Vous n’avez pas une petite idée ?

 

L’environnement, bananes ! Pour prendre le simple exemple de la terre : les pesticides dévitalisent les sols car ils tuent sans distinction les microorganismes les constituant ; or la terre est le milieu le plus vivant de la planète : il regroupe 80% des organismes vivants. En les supprimant on rend tout simplement la terre stérile, entraînant alors un cercle vicieux : les plantes ne poussent plus car le sol est mort, il faut alors toujours plus de produits chimiques pour garantir un certain rendement[19], ce qui n’est pas sans coût et se répercute sur le porte-monnaie du consommateur.

 

De même, alors que l’agriculture est la seule industrie humaine qui rend plus que ce qu’on lui donne (si on plante un grain de blé, on en récolte 100), il faut désormais 8,5 calories fossiles pour produite 1 calorie agricole[20]. Qu’adviendra-t-il alors lorsque les ressources, notamment pétrolières dont nous dépendons fortement, viendront à disparaitre ?

 

Oh mais je vous vois venir avec vos gros sabots ! Vous vous dites probablement « Oui, mais sans pesticides, comment on nourrit les milliards d’êtres humains ? ». Je vous rassure tout de suite, l’agriculture intensive ne nourrit pas la planète, elle affame[21]. Rassurant, oui. Le truc bien dans cette histoire c’est que l’on n’a pas besoin de pesticides et d’engrais chimiques pour garantir de bons rendements. L’agriculture biologique est aussi productrice que l’agriculture chimique[22]. Les rendements sont d’ailleurs meilleurs en période de sécheresse pour l’agriculture biologique puisque la terre retient mieux l’humidité sans produits phytosanitaires. L’institut Rodale a publié une étude[23] qui compare sur 30 ans (qui dit mieux) l’agriculture biologique et l’agriculture intensive. Les résultats sont sans appel : en agriculture biologique les rendements sont légèrement supérieurs, les profits des agriculteurs meilleurs et les dépenses inférieures. What else ?

 

Bon mais du coup, il serait peut être temps que les loulous qui nous gouvernent fassent quelque chose, nan ? Alors OK, certaines dispositions ont été prises, comme l’interdiction d’ici 2020 des pesticides dans les parcs urbains[24] ou l’interdiction des épandages près de lieux sensibles (écoles, crèches, aires de jeux, hôpitaux,  maisons de retraite,…[25]), mais j’ai presque envie de dire « sans dec’ » ; parce que je ne sais pas vous, mais moi je trouve que c’est juste du bon sens.

 

Malheureusement, il reste encore beaucoup à faire pour protéger les consommateurs, les agriculteurs mais aussi notre environnement. Seulement je ne vous ai pas dit... Il existe une solution pour faire bouger les choses, et cette solution s’appelle l’information. Alors comment ça marche ? Et bien l’information, coquine petite graine qu’elle est, va se planter dans ton esprit puis germer et influencer tes choix de consommateur au quotidien. Oh, peut-être pas de grand-chose, et peut-être pas du jour au lendemain ; mais à force de ne plus vouloir marcher sur la tête on arrivera à faire changer les choses, tu ne crois pas ?

 

Allez, poutoux.

 

Marie J.

 




[9] Conférence de Christian Velot du 10 Novembre 2005 https://www.youtube.com/watch?v=71oEGHRrwIQ

[13] Reportage France 2 Infrarouge « la mort est dans le prés » https://www.youtube.com/watch?v=mAHf2Y5t7Ck

[16] Etude publiée sur Environmental Health Perspectives http://ehp.niehs.nih.gov/wp-content/uploads/advpub/2014/6/ehp.1307044.pdf

[17] Rapport du Centers for Disease Control and Prevention du 27 Mars 2014 http://www.cdc.gov/ncbddd/autism/states/comm_report_autism_2014.pdf

[19] Interview de Claude et Lydia Bourguignon https://www.youtube.com/watch?v=dbnGozAISHE

[20] Intervention de Claude Bourguignon, conférence « Où va le monde ? » https://www.youtube.com/watch?v=CGZtf_Srkqo

[21] Interview de Claude et Lydia Bourguignon https://www.youtube.com/watch?v=dbnGozAISHE

[22] Reportage de Marie Monique Robin, 2012 https://www.youtube.com/watch?v=A2yun7F4a20