Comprendre les ondes

Et si votre meilleur ami votre portable ne vous voulait pas que du bien ? En quelques années seulement, il est devenu un accessoire considéré comme quasi-indispensable au point qu’il est difficilement envisageable de s’en séparer aujourd’hui. Cette introduction rapide dans la vie quotidienne n’a cependant pas permis aux scientifiques de prendre le recul nécessaire pour en évaluer tous les dangers. 

 

 

En quoi cela me concerne-t-il ?

  

Les substances présentes

 

La longueur d’onde λ permet de classer les diverses vibrations électromagnétiques que nos technologies produisent en[1] :

  • Ondes d’Extrêmement Basses Fréquences (EBF ou ELF) allant de 0 Hertz à 10 kiloHertz, avec λ  supérieure à 30 kilomètres (le réseau électrique, les transformateurs, les moteurs, les alternateurs, l’électroménager, les postes de soudures...).
  • Ondes de Radiofréquences (RF), allant de 10 kiloHertz à 300 mégaHertz avec λ comprise entre 30 kilomètres et 1 mètre (la radio diffusion, les radios balises ou phares, les ordinateurs, la TV, la FM, la AM, la CB, l’électrothermie industrielle et médicale...).
  • Ondes d’Hyperfréquences ou micro-ondes (HF), allant de 300 mégaHertz à 300 gigaHertz, avec λ comprise entre 1 mètre et 1 millimètre (les radars civils et militaires, les fours à micro-ondes, la téléphonie mobile, des faisceaux Hertziens, les satellites..).

 

Les risques liés à ces substances

L’utilisation du téléphone mobile est néfaste pour la santé, et pas seulement au volant. Une analyse portant sur dix-huit études conclut qu’au-delà de dix ans d’utilisation d’un cellulaire, le risque de développer une tumeur cérébrale maligne - le gliome - du côté où l’appareil est porté à l’oreille serait multiplié par deux. Cette affection touche chaque année environ 6 personnes sur 100 000. Pour les atteintes du nerf acoustique - le neurome -, le risque serait deux fois et demi plus élevé, dans ces mêmes conditions. (CRIIREM)

Dans sa déclaration nº 208 du 31 Mai 2011, l’OMS classifie les champs électromagnétiques des ondes radioélectriques « comme peut-être cancérigènes pour les humains (Groupe 2B*), basé sur un risque accru de gliome, un type malin du cancer du cerveau, associé à l'utilisation du téléphone portable ».

Selon l’Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris) et de l'Université de Picardie Jules Verne (UPJV), les champs électromagnétiques pourraient avoir des effets sur le mécanisme de régulation de la température corporelle et provoquer le fractionnement d'une phase du sommeil, sans nuire à sa qualité. Les personnes dites électro-sensibles témoignent souffrir de réveils fréquents, difficultés pour se rendormir ainsi que d’insomnie. Cepandant, le lien reste encore à prouver.

 

 

C’est quoi le problème ?

 

Les technologies de transmission par radiofréquences, utilisées pour vos téléphones portables ainsi que le Wifi sont en plein développement, afin de fournir une connexion partout et tout le temps. Le ministère de la santé, de la jeunesse et des sports rappelle les conclusions de l’expertise nationale et internationale sur ce sujet : aucune preuve scientifique ne permet aujourd’hui de démontrer que l’utilisation des téléphones mobiles présente un risque notable pour la santé, que ce soit pour les adultes ou pour les enfants. Cependant, plusieurs études scientifiques parues récemment, mettent en évidence la possibilité d’un risque faible d’effet sanitaire lié aux téléphones mobiles après une utilisation intense et de longue durée (plus de dix ans). Toutefois, les limites inhérentes à ce type d’études ne permettent pas de conclure formellement sur l’existence d’un risque. (source : CRIIREM)

 

Les produits où on trouve la substance

Depuis 20 ans, les technologies à base de radiofréquences et leurs applications se sont multipliées et amplifiées. Les sources d’émission de champs électromagnétiques (téléphonie mobile, Bluetooth, Wi-Fi…) sans pour autant que les études concernant leur impact sur la santé garantissent qu’elles soient inoffensives.

 

Les problèmes que cela pose

Il est très difficile actuellement et surtout en ville d’échapper aux ondes électromagnétiques. A la maison, au bureau et même dans la rue, Wi-Fi, téléphonie mobile émettent constamment afin de garantir une couverture permanente pour les abonnés. Cependant, les conséquences de cette exposition quasi permanente commencent à apparaître. (Collectif Electrosensible, association Priartem[2], ...) L’AFFSET a publié un rapport[3] dans lequel elle évoque principalement le niveau d’incertitude trop élevé à ce sujet et recommande donc l’application du principe de précaution.

Les effets suivants sur la santé peuvent être observés selon les études :

  • Jusqu’à 100 kHz, les champs électromagnétiques peuvent entraîner une stimulation des tissus excitables (muscles, système nerveux) ;
  • Au-delà de 10 MHz, les radiofréquences sont absorbées et provoquent des effets thermiques ;
  • Entre ces deux bornes, les deux effets existent.

 En bref, il n’est pas prouvé que les niveaux d’exposition actuels sont nocifs pour la santé mais l’inverse non plus. Il est donc conseillé de poursuivre les études sur les conséquences sur le corps humain et en attendant, d’appliquer des gestes simples avec les appareils du quotidien sur lesquels nous pouvons agir.

 

 

Les solutions pour se protéger

 

Quelques gestes simples pour me protéger

On sait, ton portable, tu l’adores. Mais si tu as bien lu, les ondes plus loin elles sont et mieux tu te portes ! Et pour ça, quelques astuces pas prise de tête pour éviter qu’elle te fasse mal plus tard (ta tête) :

* Choisit un téléphone dont la valeur de DAS (Degré d’Absoption spécifique) est la plus basse possible, de préférence toujours inférieure à 0,7 W/Kg

* Evite les endroits sensibles ! On oublie la pochette de la chemise ou la ceinture de son pantalon. En même temps, qui le met encore là.

* Utilise le plus possible le kit piéton. Mais si tu sais, c’est ce qui sert aussi à écouter de la musique !

* Limite le nombre et la durée de tes appels. Pas plus de 5 ou 6 fois par jour par exemple, ni plus de 2 ou 3 minutes d’affilée à chaque fois. Respecter un temps moyen de 1h30 en chaque appel.

* Au moins 4 barres de réseau avant d’appeler. Pour chaque barrette manquante, le rayonnement émis par le portable pour se connecter est multiplié par 2.

* Evite de téléphoner en te déplaçant. Si si, même en trottinette !

* Ta mère t’appelle appelle alors que tu es en voiture ? Un effet dit "cage de Faraday" emprisonne et répercute les ondes émises par le portable, le rayonnement subi est alors maximum au centre de la "cage". Dans une voiture, cela se situe à la hauteur de votre tête. Une bonne excuse pour ne pas décrocher.

* Le temps de joindre ton pote, garde le téléphone éloigné tant que la première sonnerie n’a pas retentit

* La nuit, éloigne ton téléphone à plus de 50 cm de ta tête. Tu dormiras beaucoup mieux !

 

 

Je consomme mieux

Si vous sentez que les ondes ont un impact sur votre santé (difficulté à dormir, …) essayez par exemple de débrancher le wifi de votre box internet. Le cable peut etre une solution alternative.

http://www.electrosensible.org/forums/viewforum.php?f=17&sid=6f7f524189de375c29cdb0f3ee53fc28

 

Je creuse le sujet

CRIIREM

Site du ministère du développement durable :

http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_COPIC_31_juillet_2013.pdf

http://www.electrosensible.org/b2/index.php/accueil/

 

 




[1] Source : CRIIREM

[3] Rapport AFSSET Mise à jour de l'expertise relative aux radiofréquences paru le 15 octobre 2009

Aller plus loin