5. Où les trouve-t-on ?

En Europe, assez peu de variétés sont autorisées à la culture. On compte notamment le maïs MON810, le maïs Bt176, le maïs T25 et la pomme de terre Amflora. Cependant, de nombreuses autres sont autorisées à l’importation et sont destinées à la transformation, à l’alimentation animale et à l’alimentation humaine.

Après 20 ans de commercialisation, et 20 ans de promesses, les OGM sont toujours des plantes à pesticides. 4 plantes se partagent 99% des cultures. En 2015, les cultures de soja modifiés pour tolérer un herbicide représentaient plus de la moitié (51%) des OGM plantés à travers le monde. La majorité de ce soja n’atteindra jamais nos assiettes car il est principalement utilisé pour nourrir les animaux de ferme. En deuxième position, les cultures de maïs OGM, principalement modifiées pour produire un insecticide Bt représentaient 30% des cultures totales d’OGM mondiales. Viennent ensuite le coton (13%), puis le colza (5%), le pourcentage restant étant constitués de betterave et de luzerne, d’aubergine ou de papaye.

 

Importer du soja ou du maïs génétiquement modifié pour nourrir le bétail qui finit dans nos assiette est monnaie courante en Europe. Aujourd’hui, en France, environ 4.5 millions de tonnes de soja sont importées pour le bétail. Seulement ⅕ de cette quantité est certifiée non-OGM.

 

Ajouter un commentaire