5. Comment les éviter ?

Pour éviter les additifs alimentaires, tu peux commencer par regarder les étiquettes lorsque tu fais tes courses. Il existe des petites fiches récapitulatives qui t’indiquent le niveau de dangerosité de chaque additif (celle ci par exemple :

http://ekladata.com/QfVnJAlbOmkj65G_K_prOzEZ0DQ.png). Tu peux aussi télécharger (en bas de la page) notre mini-récap' :)

 

 

 

Tu peux aussi éviter  d’acheter des produits pour lesquels il y a des noms que tu ne connais pas sur la liste des ingrédients ! Et en règle générale, plus la liste d’ingrédients est longue, moins c’est bon. Ne te laisse pas leurrer par la mention “sans colorants ni conservateurs”. Cela n’est pas synonyme de sans additifs  !

 

Une bonne façon d’éviter d’ingérer trop d’additifs alimentaires est de se tourner vers les produits bio, puisque seuls 48 additifs sont autorisés dans les produits biologiques (au lieu de plus de 600 pour les produits conventionnels!).

 

Mais la meilleure façon de ne pas manger d’additifs, c’est encore de te faire tes petits plats maison ! Pourquoi pas (idée saugrenue), te mettre aux fourneaux ? Il te suffit d'un peu de temps et d'imagination. Et si tu manques de ce dernier ingrédient, on te propose de jeter un oeil sur notre e-book qui contient plein de recettes faciles, pas chères et sans additif !Tu évites ainsi non seulement les additifs, mais aussi l’excès de sucre, de sel et de mauvais gras. Et puis tu pourra frimer auprès de ta nouvelle conquête ! A toi de juger !

 

En attendant, petit aperçu de tous les additifs qu'on peut retrouver dans certains produits de consommation courants. Attention ! On ne dit pas que TOUS les additifs sont mauvais (l'acide citrique par exemple, ne pose pas de problème). Mais pourquoi en consommer alors que l'on peut facilement réaliser certaines recettes à la maison ?

Mayonnaise

Dans une mayonnaise du commerce : Huile de colza (70%), eau, jaune d'oeuf frais (6%), moutarde de Dijon (eau, graine de moutarde, vinaigre, sel, antioxydant : disulfite de potassium, acidifiant : acide citrique), vinaigre, sel, sucre, amidon modifié, colorants : lutéine (extrait de tagète)

 

Dans l’équivalent maison : 1 jaune d’oeuf, 20 g de moutarde de Dijon, 20 ml de vinaigre de vin, 175 ml d’huile neutre (arachide, colza),1 pincée de sel, 1 pincée de poivre. Pour la recette, va voir par  ici.

 

Vinaigrette

 

 

 

 

 

Dans une vinaigrette du commerce : eau, moutarde (15,5%) {eau, vinaigre, graines de moutarde, sel, épices}, vinaigre, huile végétale (10%), sirop de glucose-fructose, épices, stabilisants (E415, E401), sel, arômecolorants (E150a, E161b).

 

Dans l’équivalent maison : 1 c. à c. de moutarde, 1 c. à s. de vinaigre au choix (de vin rouge, balsamique,...), 2 c. à s. d’huile d’olive extra-vierge, herbes et épices au choix.

Marche à suivre : Placer tous les ingrédients dans cet ordre dans un pot de confiture (ou un shaker à vinaigrette). Fermer le couvercle, secouer jusqu’à obtenir une sauce homogène. Se conserve jusqu’à une semaine au réfrigérateur si elle ne comporte pas d’herbes fraîches, environ 2 jours sinon. Tu peux remplacer le vinaigre par du jus de citron, d’orange ou de pamplemousse. Et si tu fais attention à ta ligne, tu peux remplacer les 2 c. à s. d’huile par 1 c. à s. d’huile et 1 c. à s. d’eau ou du bouillon de légumes.

Pour une sauce sucrée-salée ajouter 1 c. à c. de miel.

 

Sauce au yaourt

Dans une sauce du commerce : 60% yaourt frais, eau, huile de colza, amidon modifié (maïs, pomme de terre), vinaigre, sucre, 3% oignon de printemps, 0.5% thym, 1% ciboulette, 1% persil, jaune d'oeuf (oeufs de plein air), sel, poivre, épaississants : gomme de guar, gomme de xanthane, conservateur : sorbate de potassium.

 

Dans l’équivalent maison : 1 yaourt nature (de vache, de brebis ou même de soja), 2 c. à s. d’huile d’olive, 1 c. à c. de moutarde, le jus d’½ citron, 1 pincée de sel, 1 pincée de poivre, herbes fraîches ou sèches au choix (thym, herbes de Provence, ciboulette, persil, coriandre…).

Mélanger le yaourt, l’huile, la moutarde, le jus de citron, le sel et le poivre. Ajouter les herbes préalablement émincées. Goûter, rectifier l’assaisonnement. Ajouter éventuellement un peu d’eau ou de lait si la sauce est trop épaisse.

Se conserve 2-3 jours au réfrigérateur dans un pot en verre bien fermé.

 

Sauce dressing

Dans une sauce du commerce : Eau, huile de soja 36%, vinaigre, sucre, amidon de maïs modifié, moutarde (eau, graines de moutarde, vinaigre, sel, épices, arômes), protéines de lait, sel, chlorure de potassium, épaississant (gomme xanthane)acidifiant (acide lactique), jus de citron concentré, conservateur (acide sorbique), arôme, émulsifiant (mono- et diglycérides d'acides gras), colorant (bêta-carotène), antioxygène (E385).

 

Dans l’équivalent maison : euh, là désolé, il n’y a pas d’équivalent maison à cette infamie industrielle… Mais une mayonnaise allongée d’un peu de yaourt ou de lait ou une sauce au yaourt bien épaisse fera l’affaire.

 

Ketchup

Dans un  ketchup du commerce : Purée de tomates (51%), sucre, vinaigre d'alcool, purée de pommes, amidon modifié, sel, épices (0,5%) (contient moutarde), épaississants : gomme de guar, gomme de caroube.

 

Dans l’équivalent maison :  750 g de tomates (fraîches ou nature en conserve), 2 oignons, 1 gousse d’ail, 75 ml de vinaigre de vin rouge, 75 g de sucre complet, 2 c. àc. de moutarde, 1 pincée de 4 épices, 1 pincée de cumin en poudre, 1 clou de girofle, 1 pincée de sel, 1 pincée de poivre, huile d’olive.

 

Eplucher les oignons et les couper en petits dés. Laver les tomates, les épépiner et les couper en gros morceaux. Eplucher l’ail, le dégermer et le couper en morceaux. Faire chauffer un peu d’huile dans une casserole et y faire revenir les oignons et l’ail quelques minutes jusqu’à ce qu’ils soient bien tendres. Ajouter les tomates, le vinaigre, le sucre et les épices et faire mijoter au moins ½ heure (voire plus). Retirer le clou de girofle et mixer. Mettre dans un pot en verre stérilisé, et conserver au réfrigérateur.  

 

Sauce tomate

 

 

 

 

 

Dans une sauce tomate du commerce : Purée de tomate (63%), pulpe de tomates(19%), légumes 10% (oignons 7%, carottes 3%), huile de colza, vin blanc, sucre, sel, amidon transformé de pomme de terre, épices et plantes aromatiques (dont persil 0.3%), arômes naturels, céleri.

 

Dans l’équivalent maison : 750 g de tomates (fraîches ou nature en conserve), 2 oignons, 1 gousse d’ail, 1 carotte, 1 feuille de laurier, 1 clou de girofle, huile d’olive, sel, poivre, herbes de Provence, thym ou basilic (facultatif).

 

Eplucher les oignons et les couper en petits dés. Eplucher la gousse d’ail, la dégermer et la couper en petits morceaux. Faire revenir les oignons et l’ail dans un peu d’huile d’olive. Couper la carotte en petits dés (si elle est bio, pas la peine de l’éplucher), et l’ajouter dans la casserole. Couper les tomates en gros morceaux, les ajouter dans la casserole avec les épices et les herbes (à l’exception du basilic). Laisser mijoter minimum 30 minutes. Laisser tel quel ou mixer grossièrement, selon tes préférences. Ajouter le basilic ciselé au dernier moment.

 

Sauce bolognaise

Dans une sauce bolognaise du commerce : Purée de tomates 56%, pulpe de tomates 15%, viande de boeuf précuite 13.86% (soit 22% de viande crue), légumes 8% (oignons 5%, carottes 3%), sucre, huile végétale, sel, amidon modifié de pomme de terre, épices et plantes aromatiques, arôme, acidifiant : acide lactique. Traces éventuelles de céleri, de gluten et de lait.

 

Dans l’équivalent maison : tu reprends les ingrédients de la sauce tomate, et tu y ajoutes un peu de viande hachée au moment de faire revenir les oignons.

Pour une version végétarienne, des protéines de soja texturées réhydratées dans un peu de sauce soja ou de bouillon de légumes font très bien l'affaire.

 

Pesto

 

 

 

 

Dans un pesto du commerce : Basilic 42%, huile de tournesol, piment rouge 8%, eau, sel, pomme de terre, fromage Grana Padano AOP (contient du lysozyme d'oeuf), Fromage Pecorino Romano AOP, Noix de cajou, fibres végétales, ail (en poudre), pignons, glucose, arômes, correcteur d'acidité : acide lactique.

 

Dans l’équivalent maison : ½ bouquet de basilic frais,  30 g de pignons de pin, 3 gousses d’ail, 10 cl d’huile d’olive, 50 g de parmesan, sel et poivre

 

Eplucher les gousses d’ail et les hacher. Râper le parmesan. Placer les pignons, l’ail, l’huile et le parmesan dans le bol d’un mixer et mixer. A la fin ajouter le basilic grossièrement déchiré et mixer encore une fois jusqu’à ce que la sauce soit lisse. Assaisonner de sel et poivre.

 

Se conserve au réfrigérateur. Si tu fais bien attention à ce que l’huile couvre toujours les herbes, tu peux le garder facile quelques semaines.

Variante : tu peux remplacer les pignons de la recette originale (hors de prix) par des noix de cajou ou même pour une saveur plus marquée par des amandes ou des noix. Tu peux aussi changer un peu et tester le pesto de roquette, celui de fanes de radis ou encore de pousses d’épinards (tout ce qui est vert quoi et tendre quoi).

 

Sauce curry

Dans une sauce au curry prête à l’emploi du commerce : Eau, huile de tournesol, CRÈME 11%, amidon modifié, sel, farine de riz, sucre, poudre de curry 0,7% (dont graines de MOUTARDE), épices, émulsifiant E472e, oignon en poudre, pomme en poudre, extrait de levure (dont ORGE), épaississant (E415, E412), stabilisant E450, fructose, maltodextrine, acidifiant E334, arôme (dont FROMENT, MOUTARDE, CÉLERI), vinaigre balsamique en poudre (vinaigre de vin, moût de raisin), extrait de vin blanc. Peut contenir oeuf.

 

Dans l’équivalent maison : 4 grosses cuil. à soupe de crème fraîche épaisse, 2 échalotes, 20 g de beurre, 10 cl de vin blanc sec (facultatif), 1 cuil. à soupe de curry en poudre, sel, poivre. Éplucher les échalotes et les émincer finement. Faire fondre le beurre dans une casserole et y faire revenir les échalotes quelques minutes jusqu'à ce qu'elles commencent à dorer un peu. Ajouter le vin blanc. Laissez réduire 3 à 4 min. Ajouter la crème fraîche, le curry, du sel et du poivre. Laisser épaissir encore quelques instants puis mixer pour obtenir une sauce bien lisse (ou pas).

 

Variante : Remplacer la crème fraîche par 20 cl de lait de coco.

Tu peux remplacer le curry en poudre par de la pâte de curry, des épices tandoori, du masala...

 

Pâtes à la carbonara

Dans un plat tout prêt du commerce : sauce : eau, crème (stabilisant : carraghénanes), huile de colza, amidon transformé de maïs, vin blanc, oignons, arômes (dont lait, orge, oeuf), sel, épaississant : gomme guar, proteines de lait, ail en poudre, colorant : dioxyde de titane. Pâtes précuites 20% : eau, semoule de blé dur, oeuf, blanc d'oeuf. Lardons fumés 7% : poitrine de porc, sel, dextrose, acidifiant : acide citrique, conservateurs : nitrite de sodium, erythorbate de sodium.

 

Dans l’équivalent maison : Spaghettis, crème fraîche, jaunes d'oeufs,  sel,  poivre, lardons, oignons, et pour la recette, va voir par ici

 

Nouilles japonaises déshydratées parfum boeuf (et oui, pas un gramme de viande là-dedans !)

Dans un plat tout prêt du commerce : Nouilles déshydratées 82.8% : farine de blé, huile végétale, sel, exhausteur de goût (E621), agents de traitement de la farine (E500,E451), antioxygène (E306) {contient du soja et du lactose], acidifiant (E330). Soupe déshydratée 10.5% : sucre, exhausteurs de goût (E621,E635), sel, arôme de sauce de soja, graines de sésame, épices (contient du céleri), 5.43% d'arôme de boeuf, colorant (E150c), poudre de cacao. Protéines de blé texturées 4.5%, légumes déshydratés 2.2 % : carottes, oignons verts. Le produit contient du gluten (farine de blé), du sésame, du céleri, du soja et du lait. Peut contenir une quantité infime de moutarde, de poisson, de crustacés.

 

Dans l’équivalent maison : Nouilles chinoises déshydratées, 25 cl de bouillon de légumes ou de viande, ½ carotte, 1 tige d’oignon vert, émincé de boeuf ou de poulet. Dans une pôele, faire revenir l’émincé de boeuf ou de poulet.Couper la carotte en fins bâtonnets et émincer le vert d’oignon. Placer la viande, les légumes et les nouilles dans un grand bol. Porter le bouillon à ébullition et le verser dans le bol. Couvrir, laisser reposer 3 minutes et déguster.

 

Variante : tu peux aussi faire une version végé, avec des protéines de soja texturées réhydratées dans un peu de sauce soja ou remplacer la viande par des dés de tofu fumé.

 

N’hésite pas non plus à ajouter des herbes fraîches, à varier les légumes, à ajouter des épices…

Pour le bouillon, mieux vaut bien sûr du bouillon maison, mais si tu choisi du bouillon déshydraté, vérifie bien qu’il ne contient pas de glutamate, arômes, colorants et tutti quanti (mieux vaut se tourner vers le bio). Il en existe même en poudre sans huile de palme !

 

Si tu as la chance d’avoir un congélateur (petit veinard !) n’hésite pas à te faire tes propres surgelés. Quand tu te mets à la cuisine, fait-le franchement, et prépare de grandes quantités (faire 3 litres de soupe, 1 litre de sauce tomates, 5 pizzas, 1 grosse quiche…) puis congèle en portions.

 

 

Amélie H.-C.

 

Infographie : Madeline

Photos : Unsplash

 

 

Aller plus loin

Ajouter un commentaire