Cobayes Squad #2 - Dans la poche de Nicolas Meyrieux

Imagine toi, mangeant tranquillement tes corn flakes. La Cobayes Squad débarque chez toi, et tu découvres que ton pénis est en train de cramer. Cette histoire incroyable est arrivée à Nicolas Meyrieux, de la chaîne Youtube La Barbe.

 

Un grand merci à Nicolas Meyrieux
https://www.youtube.com/user/NicolasMeyrieux

Abonne toi pour encore plus de Cobayes Squad
https://www.youtube.com/user/appeljeunesse

 

Avec Sarah Grosjean et Jean-Baptiste Pigneur
Scénario et réalisation : Léo Blandino
Image et montage : Simon Clavié et Mélanie Fernandes
Son : Léo Belda
Musique : Distoche

 

Un immense merci au CRIIREM et à France Nature Environnement pour leurs conseils avisés sur cet épisode

 

  

 

Merci aussi à nos partenaires pour leur soutien sans qui la websérie n'aurait pas vue le jour :  la Fondation Léa Nature Jardin Bio, ainsi que European Environment and Health Initiative (EEHI)

 

 

Bravo et merci à My Boobs Buddy qui développe des solutions bonnes pour nous et pour la planète !

 

 

POUR ALLER PLUS LOIN

 

Les ondes électromagnétiques sont connues et étudiées par la littérature scientifiques depuis les années 1970 (avec les micro-ondes notamment) mais les études sont ignorées ou déclarées insuffisantes par une partie de la communauté scientifique, notamment certaines personnalités de l’Académie de médecine.

 

Il est important de rappeler qu’au-delà des micro-ondes et des téléphones mobiles, les “risques sanitaires des télécommunications” s’appliquent aussi au wi-fi, aux antennes relais, au Bluetooth, aux claviers et souris sans fil...

Une étude du CNRS a montré sur l’influence des ondes radiofréquences sur l'afflux sanguin : https://hal-ineris.ccsd.cnrs.fr/ineris-00973655/document.

 

Un rapport de l'OMS (en anglais) classe les ondes électromagnétiques comme "potentiellement cancérigènes" (voir en page 2 "results" et "conclusions" : les preuves scientifiques sont suffisantes pour estimer qu'il pourrait y avoir un risque, et donc le lien cancer/portable doit être surveillé de près)

 

Dangers court terme VS long terme

Lorsqu’il a été question d’établir une norme dans les années 1990, la commission Tamino (au sein de l'UE) a proposé une norme qui protège des effets à court terme des expositions et des niveaux de champ élevés (ce qui correspond aux DAS, aux 41Volt/metre etc). Mais ce rapport de la commission Tamino décrit bien une 2ème forme d’effets : les effets à long terme. Là la norme est préconisée pour du long terme et est bien sûr beaucoup moins tolérante.

 

Les chefs d’Etats et ministres n’ont pas retenu ces deuxièmes normes. La loi nous protège donc des effets à court terme (brûlure, sensation de chaleur), mais pas sur le long terme.

Depuis, la Commission considère que les normes sont obsolètes et qu’il faut être encore plus précautionneux mais ces recommandations ne sont pas reprises par l’Europe et les Etats membres.

Pour lire le rapport, c’est par .

 

Même si, selon le gouvernement français, il n'y a pas encore de consensus scientifique sur le sujet, sa position est celle du principe de précaution : http://www.lesondesmobiles.fr/

 

Bien choisir son portable c’est important !

Voici quelques conseils de l’association Alter-ondes 35 : http://alterondes35.org/spip.php?article122

 

 

SOURCES

 

D’après un article du Daily Mail datant de 2012, le Bureau des statistiques nationales du Royaume-Uni indique une augmentation de 50% des tumeurs des lobes frontaux chez les enfants entre 1999 et 2009. Un article en français chez Robin des Toits ici.

 

Fin 2010, 97% des Français possédaient au moins un téléphone mobile. De même, de plus en plus de foyers sont équipés de biens électroniques, l’équipement en ordinateurs et en accès internet est en forte croissance (rapport de l’Insee).

 

En 2014, la Direction générale de la Santé (qui dépend du Ministère de la santé et des affaires sociales) a publié un rapport sur les effets sur la santé des champs électromagnétiques d’extrêment basse fréquence. Il en conclut que “les expositions aiguës de fortes intensité sont la cause d’effets néfastes clairement établis : effets sur la vision et sur le système nerveux, stimulation des tissus excitables, fibrillation”. Concernant les effets sanitaires, chroniques, le rapport avance qu’aux “niveaux d’exposition rencontrés en population générale à la fréquence du réseau électrique, aucun effet sanitaire n’est actuellement considéré comme causalement établi”. Cela ne signifie pas qu’aucun lien n’existe mais que, selon le Ministère, il n’est pas (encore) possible de le prouver scientifiquement.